Les écoles d’art et design publiques sous tutelle du ministère de la Culture

Toulouse

Institut supérieur des arts de Toulouse

présentation

L’isdaT — institut supérieur des arts de Toulouse est un établissement public d’enseignement supérieur dédié aux arts plastiques, au design, au design graphique, à la musique et à la danse. Chaque spécialité donne lieu à des enseignements et à des diplômes spécifiques et peut faire naître, selon les projets et les cursus, des projets de collaborations.Formation initiale, formation continue, cours ouverts à tous les publics et aux amateur·trices, l’ensemble de nos formations répond à l’importance sociale et éducative de développer la création et la transmission dans notre société en pleine mutation.

L’institut supérieur des arts de Toulouse forme des artistes, créatrices et créateurs dans plusieurs domaines, faisant de cet établissement d’enseignement supérieur public un lieu unique en France de dialogue artistique et pédagogique. Les futur·es auteur·trices, interprètes et enseignant·es trouveront à l’isdaT des cursus spécialisés en musique, danse, design, design graphique et arts plastiques, dans un équilibre entre pratique et mise en contexte culturelle et théorique, permettant ainsi aux étudiant·es d’être outillé·es pour s’épanouir et s’insérer dans la vie professionnelle et sociale.

L’isdaT affirme aussi l’importance des pratiques collaboratives et interdisciplinaires dans le déploiement des savoirs et savoir-faire de plus en plus mobilisés dans les cultures contemporaines. Les créateur·trices sont de plus en plus amené·es à « faire eux-mêmes » mais aussi à « savoir faire avec d’autres », quelles que soient leurs pratiques. Cette approche collaborative se développe au sein de nos forma­tions et a donné lieu dès 2019-2020 à une formation expérimentale, Le Labo, basée sur une pédagogie de projets artistiques associant des pratiques diverses. L’isdaT s’inscrit dans un vaste réseau local, national et international qui lui donne une grande capacité de partenariats, et offre ainsi aux étudiant·es un ancrage et une mobilité de première importance.

Avec les cours extérieurs, l’isdaT permet à toutes les personnes de tous les âges de pratiquer et de se perfectionner dans le champ des arts plastiques. Par ailleurs, l’isdaT propose de la formation continue principalement dans les domaines de la musique et de la danse, et projette de développer de nouvelles offres dans les autres domaines. En évoluant, l’isdaT prépare ses étudiant·es aux métiers et aux enjeux de demain, tout en étant fortement ancré dans sa riche histoire.

1/8
Façade extérieure, institut supérieur des arts de Toulouse.
2/8
Présentation lors des Journées Portes Ouvertes © Franck Alix.
3/8
Studio de prise de vue de l'isdaT, "Portraits avec masques" par Margot Debaisieux lors des Journées Portes Ouvertes, février 2020 © Franck Alix.
4/8
Cour d'honneur de l'isdaT © Franck Alix.
5/8
Palais des arts de l'isdaT © Franck Alix.
6/8
Plateau-média de l'isdaT, concert lors des Journées Portes Ouvertes, février 2020 © Franck Alix.
7/8
Espace de travail, isdaT © Franck Alix.
8/8
Atelier bois, isdaT © Franck Alix.

options

Art
Design

diplômes

DNA  option Art
DNA  option Design
DNA  option Design mention design graphique
DNSEP  option Art
DNSEP  option Design
DNSEP  option Design mention design graphique

vae

Il est possible de présenter les épreuves des DNA et DNSEP dans le cadre de la validation des acquis de l’expérience. La prochaine session de VAE aura lieu à l’automne 2021.

contact
Naïg Ménesguen, coordinatrice VAE
naig.menesguen@isdat.fr | +33 (0)5 34 30 93 82

programmes de recherche

Design et pauvreté

Afin de construire un ensemble critique de méthodologies prolongeant les questionnements portés par les mouvements d’architecture radicale dans l’Italie des années 70 et dans une volonté de mise en lien avec d’autres recherches européennes, l’option design de l’isdaT a développé une recherche autour de l’école de non-architecture ou de non-design « Global Tools ». Visant à mettre en tension les gestes de ce mouvement de design radical historique dans le contexte des pratiques contemporaines en déplaçant les outils, les méthodes et l’action du designer. Depuis 2010, l’orientation scientifique de la formation est venue s’articuler sur plusieurs champs et territoires de recherche, en convoquant et en confrontant d’autres disciplines, celles notamment inscrites dans l’Institut de la ville. En effet, l’enjeu du programme de recherche n’est pas tant d’écrire une histoire de ce groupe que de se pencher sur ses préoccupations et ses méthodes, en envisageant l’actualité de propositions venant du passé dans le champ du design aujourd’hui. Le programme « Design et Pauvreté » (2016-2020) s’inscrit dans la continuité d’un travail conduit depuis plusieurs années par l’équipe de l’option design de l’isdaT. Il s’agit ici de poursuivre les réflexions et les pratiques élaborées à partir d’attitudes comme le détachement du design à l’égard des impératifs économiques de l’industrie, la stimulation de l’inventivité individuelle ou encore la mise en tension de la séparation entre producteurs et récepteurs. On retiendra notamment la volonté de mettre en oeuvre des « techniques pauvres », de faire à partir de matériaux élémentaires et d’un outillage restreint parfois issu du recyclage, pour chercher un rapport à la conception et à la fabrication qui ne soit pas prédéterminé ni par une assignation des techniques à leur seul usage.

Genre2030

À la suite de PEINTURE2020MALEREI — qui s’intéressait aux influences culturelles s’exerçant sur l’évolution de la peinture à l’heure de la mondialisation — le nouveau projet de recherche Genre2030 impulsé en 2012 interroge l’influence de critères sexo-spécifiques sur cette évolution, sans oublier d’évaluer en retour l’influence des pratiques artistiques considérées sur l’évolution de nos sociétés à l’horizon 2030.Dans Genre2030, il s’agit de se demander comment s’insèrent, dans la constellation de codes de la peinture, la figuration ou l’abstraction, la revendication d’autonomie, le rôle de l’artiste, la place de sa sexualité, de son identité sociale, leurs relations à l’espace du tableau, à l’espace de l’exposition, ceci dans un contexte élargi. Genre2030 déplace les questions et notions de genre vers celles des pratiques picturales et curatoriales contemporaines. Ouvert à tous types de démarches, ce projet de recherche se nourrit des intérêts et des pratiques des participants, étudiants, artistes, théoriciens.

LabBooks

LabBooks est un programme de recherche qui vise à étendre la notion d’écriture à toutes les dimensions de la pratique éditoriale, en montrant en quoi et comment « l’écriture » des livres peut concourir à la production du discours et de la pensée, voire la conduire, que ce soit dans le champ de l’art, de la littérature, ou dans d’autres domaines tels que le cinéma, la musique ou la pédagogie. Les réflexions menées au sein de LabBooks révèlent en effet qu’en considérant le livre comme un tout, où l’écriture peut être évidemment textuelle, mais aussi visuelle, graphique, éditoriale, on peut appréhender de façon transversale diverses catégories d’éditions : livres d’artistes, bookworks, livres d’art, littérature visuelle, partitions, manuels. Il apparaît également que l’écriture du livre ne conduit pas seulement vers son espace propre, mais qu’elle étend le travail et sa réception vers la lecture, la performance, ou plus largement vers diverses formes d’activation, le livre contenant ainsi la condition de son dépassement ou offrant une anticipation d’usages, de réceptions, de productions et de situations à venir. Dans tous les cas, l’édition apparaît comme un processus discursif et le livre ou l’imprimé comme des dispositifs de (re)formulation et d’énonciation. Un effet attendu de cette démarche est également de renverser la logique qui fait de l’édition une étape finale du processus de la recherche — strictement communicative, de l’ordre de l’enregistrement — alors qu’elle peut en être le moteur. Le programme de recherche est conduit à travers un séminaire ainsi que des conférences, des déplacements, des projets artistiques et éditoriaux.

Visualiser un problème

Visualiser un problème : cet énoncé, nous l’entendons comme une impulsion pour des explorations pratiques à mener en commun. En même temps, le champ qu’elles pourront ainsi ouvrir et baliser s’offrira à des investigations théoriques qui chercheront à expliciter son intérêt pour nos expérimentations et nos configurations sensibles, mais aussi à formuler et à poursuivre les enjeux de celles-ci. Pour ce qui est des participants de l’isdaT, la portée de ces expérimentations est transversale : elles peuvent s’initier et se déployer en les trois domaines optionnels, art, design, design graphique, et se soutenir des études menées dans le cadre des enseignements en histoire théories-philosophie. Aussi nos expérimentations pourront-elles solliciter une multiplicité indéfinie des médias, de la performance à la page web, en passant par le dessin sur tous les supports imaginables et les outils les plus improbables, la vidéo, la maquette, la peinture, l’écriture, le volume, l’affiche, la photographie, l’installation, le chant, la conférence, la cabane dans les arbres, le geste, le silence, etc.

éditions

Vous pouvez retrouver l’ensemble des publications de l’isdaT sur http://www.isdat.fr/ressource/publications/

éditions

Vous pouvez retrouver l’ensemble de la programmation de l’isdaT sur http://www.isdat.fr/

activité post- ou périscolaire

L’isdaT propose, en complément de sa mission d’enseignement supérieur, des cours publics et stages ouverts à tous. À titre d’initiation ou de perfectionnement, ils permettent d’acquérir et de développer une pratique artistique plastique.

Les cours pour enfants et adolescent·es, de 7 à 17 ans, constituent un atelier de découverte de différentes techniques créatives. Après avoir acquis les connaissances de base, chacun progresse à son rythme et choisit librement son projet. L’expérience vécue est une véritable démarche d’atelier qui donne envie à l’enfant ou à l’adolescent·e d’aller plus loin dans la découverte de la pratique du dessin, de la peinture ou des techniques plasticiennes.

Les cours adultes proposés par l’isdaT initient aux techniques du dessin et de la peinture. Au travers d’exercices d’observation, d’interprétation, et par l’expérimentation des outils, des matériaux, du geste, il s’agit d’acquérir les bases techniques et formelles de ces médiums. Ces problématiques plastiques sont replacées dans le contexte historique et contemporain de l’art sous forme de cours d’histoire de l’art, de visites de musées et d’expositions. L’objectif est de permettre à chacun·e de s’engager dans une démarche plastique personnelle, originale et de comprendre les courants artistiques du XXe siècle jusqu’aux développements les plus récents.

Vous pouvez retrouver les descriptifs des cours publics et les dossiers d’inscriptions sur http://www.isdat.fr/beaux-arts/cours-publics/

coopération internationale

Résultat d’une longue tradition d’échanges, l’isdaT dispose d’un vaste réseau d’institutions étrangères partenaires et encourage fortement ses étudiant·es à y effectuer des séjours d’études ou des stages. 50 accords de coopération internationale ont été signés avec des établissements d’enseignement supérieur, dans plus de 20 pays, en Europe dans le cadre du programme Erasmus + et hors Europe.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des écoles partenaires sur http://www.isdat.fr/international/mobilite/

galerie

Les étudiant·es bénéficient au sein du bâtiment de lieux de présentation et d’expérimentation de mise en espace qui sont également des lieux d’expositions pour des artistes invité·es.

Lieux de rencontre avec le public, la programmation d’expositions et d’évènements a pour vocation d’établir une relation entre les étudiant·es et le monde extérieur, entre l’institut et la ville, entre milieu professionnel et émergence artistique. La participation
au montage des expositions des artistes invité·es fait partie intégrante du programme pédagogique adressé aux étudiant·es.

Les espaces d’exposition font partie intégrante de l’institut : 

  • La salle 02 (180 m2), rénovée en 2013 ;
  • La galerie du quai (90 m2 + 15 m2), rénovée en 2014, offre une salle d’accrochage et un espace de projection ;
  • Le palais des arts (300 m2), interface entre la ville et l’école, permet la présentation de travaux d’étudiants et la programmation d’expositions d’envergure ;
  • Mur, galerie d’essai des étudiants répondant à un appel à projet en interne. Sa configuration détermine les formes de projets présentés et permet aux étudiants de réfléchir aux particularités de cet espace placé à l’entrée de l’École, dans un lieu de passage fréquenté par tous. Sa programmation mensuelle autorise un grand nombre d’étudiants à partager leurs expérimentations avec leurs pairs et le public.

équipements spécifiques

les ateliers et espaces ressources

Les ateliers et espaces sont regroupés en différents pôles :

  • bibliothèque : fonds moderne, fonds ancien, fonds audiovisuel et fonds d’oeuvres (20 000 volumes, 50 abonnements, vidéothèque, 10 cabines individuelles de visionnement, 4 postes de recherche Internet),
  • magasin de prêt : 1345 articles constituent la base de prêt et se décomposent en petit outillage, électro-portatif, panel de câblage, appareils photographiques, enregistreurs numériques, caméscopes, rétroprojecteurs, ordinateurs, vidéo-projecteurs, écrans TV… En moyenne 300 prêts sont réalisés chaque jour,
  • édition : gravure et sérigraphie, atelier micro-édition,
  • photographie : trois ateliers d’infographie (55 postes Mac et PC), ateliers numérique et argentique, plateau de prise de vues,
  • peinture : espace d’initiation, lieu d’échanges et suivi des projets,
  • numérique et web : ateliers formes numériques, design graphique, 3D et dessin assisté par ordinateur et atelier Machina,
  • son et vidéo : ateliers images/imaginaires, images du réel et projection(s), studio insonorisé, plateau de prise de vues, 8 stations de montage image, 3 stations de montage son,
  • matériauthèque : lieu de consultation d’échantillon de matériaux industriels et espace de visualisation de certains processus,
  • volume : ateliers modelage/moulage, métal, menuiserie et maquette.

Ces ateliers constituent le coeur de l’établissement : espaces d’enseignement, ils sont le lieu d’une élaboration technique avancée en même temps que celui d’une réflexion sur les matières et les médiums.

le plateau-média

Le plateau-média de l’isdaT est un espace commun de création et de diffusion, accueilli au sein de la bibliothèque patrimoniale (le fonds ancien). Conçu au XIXe siècle comme un lieu de représentation et de réception publiques, il était depuis quelques années réservé à la conservation et à la consultation des fonds patrimoniaux.

S’il garde sa fonction d’espace de cours et de bibliothèque ancienne, il devient un nouveau lieu de débat, de conférences, de projections, de performances et de concerts ouverts au public. Outil de diffusion de la création, le plateau-média est également un projet pédagogique : les étudiant·es de l’isdaT ont participé à sa conception et à son aménagement et sont en charge de la captation audio-visuelle et montage live des évènements qui y sont programmés.

En lien avec le programme pédagogique des formations dispensées dans ses spécialités art, design, design graphique, musique et danse, ainsi qu’avec la complicité de ses partenaires, l’isdaT propose au sein du plateau-média une programmation variée à destination de tous les publics.

réseaux

enseignement supérieur

L’isdaT est membre de l’ANdÉA (Association nationale des écoles supérieures d’art et design publiques), des réseaux ELIA, CFAI et Réseau des écoles du grand Sud-ouest, et est membre associé de lUniversité Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.

secteur artistique et culturel

L’isdaT est membre de réseaux professionnels au sein desquels il participe aux réflexions sur la recherche artistique, la diffusion culturelle ou l’aide à la jeune création (réseaux Delapeinture, PinkPong, Air de midi ; partenariats avec Les Abattoirs — FRAC Occitanie Toulouse, le Printemps de septembre, le musée des Augustins…), offrant aux étudiant·es et aux diplômé·es l’opportunité de se confronter à des situations professionnelles dans des contextes régulièrement renouvelés.

Vous pouvez retrouvez l’ensemble de nos partenaires sur www.isdat.fr/ressource/liens.

équipe administrative

Jérôme Delormas, Directeur général
Alain Gonzalez, Directeur administratif
David Mozziconacci, Directeur des études art, design et design graphique
Françoise Evrard, Secrétariat de direction
Pilar Vargas, Secrétariat de direction
Estelle Desreux, Responsable communication
Clémence Fraysse, Responsable développement
Émilie Delfaut, Coordinatrice de la programmation
Isabelle Ferrer, Responsable bibliothèque
Bettina Mellet, Secrétariat pédagogique
Beatrix Villeneuve, Secrétariat pédagogique et échanges internationaux

professeurs

Hervé Ambal, dessin technique
Sandra Aubry, dessin, volume
Dominique Barreau, histoire du cinéma, méthodologie du projet
Lionel Bataille, maquette
Simon Bergala, peinture
Nathalie Bruyère, design materiauthèque
Yves Caro, pratiques plastiques, écriture
Jean-Pierre Castex, volume, installation
Laurence Cathala, dessin
François Chastanet, design graphique, typographie
Valérie du Chéné, peinture, dessin, son
Étienne Cliquet, pratiques artistiques multimédia
David Coste, formes numériques
Michel Cure, peinture, couleur
Sébastien Dégeilh, design graphique
Natacha Détré, méthodologie de l’écriture
Olivier Dollinger, vidéo, performance
Jérôme Dupeyrat, histoire de l’art
Jean-Marc Evezard, infographie 3D
Éléonore False, photographie, image
Philippe Fauré, culture générale
Jean-Luc Fauvel, gravure
Franck Fontana, design
Michel Gary, volume, design
Martine Gélis, peinture, dessin (cours publics adultes)
Laetitia Giorgino, histoire et théorie du design
Françoise Goria, photographie
Philippe Grégoire, architecture, design
Olivier Huz, webdesign, design graphique
Quentin Jouret, dessin, édition (cours publics adultes)
Jean-François Labérine, photographie
Raphaël Larre, dessin, performance (cours publics adultes)
Romain Paul Lefèvre, design graphique
Sandra Lorenzi, volume
Felip Martí-Jufresa, philosophie, espagnol
Stefania Meazza, histoire de l’art
Patrick Mellet, volume, installation
Hanika Perez, design
Danielle Petit-Armand, web design, multimédia
Émilie Pitoiset, objets, installations, performances
Laurent Proux, peinture, dessin
Serge Provost, performance
Ana Samardžija Scrivener, philosophie
Adam Scrivener, anglais, pratiques artistiques
Hervé Sénant, histoire de l’art contemporain
Thomas Sipp, vidéo et médias
Coline Sunier, design graphique

coordonnées

institut supérieur des arts de Toulouse
5 quai de la Daurade
31000 Toulouse
tél. +33 (0)31 47 12 11
contact@isdat.fr

www.isdat.fr
facebook
twitter
instagram
youtube

effectif

  • 311 étudiant·es en art, design ou design graphique
  • 400 élèves inscrit·es aux cours publics en arts plastiques