Les écoles d’art et design publiques sous tutelle du ministère de la Culture

Angers

École supérieure d’art et de design TALM-Angers

présentation

L’École supérieure d’art et de design TALM, produit de la réunion de trois écoles Tours, Angers et Le Mans, est un établissement sous tutelle du ministère de la Culture. Elle offre un vaste éventail de formations : en art, en conservation-restauration, en design avec des spécialisations espace, objet, sonore, mécatronique et computationnel, en sculpture, en techniques textiles. L’enseignement y est dispensé par un corps professoral – artistes, plasticiens, photographes, architectes, chercheurs, designers, théoriciens, conservateurs-restaurateurs, etc. – dont les qualités pédagogiques se doublent de talents et de compétences multiples.
Grâce à son vaste réseau partenarial dans les territoires régionaux, nationaux et internationaux, TALM permet à ses élèves de découvrir l’univers pluriel de l’art et du design contemporain, de la conservation-restauration, d’effectuer des stages dans le monde entier et de préparer avec efficacité leur insertion professionnelle.
L’établissement accorde une attention toute particulière à la recherche dans les disciplines de la création dont il sait maîtriser les enjeux et relever les défis. Singulière, attentive à la qualité de ses enseignements et soucieuse d’anticiper l’avenir de ses élèves, l’École supérieure d’art et de design TALM se pose comme l’un des acteurs essentiels de l’enseignement supérieur public artistique en France.

L’offre de formation de TALM
L’organisation en trois sites de TALM est une chance qui permet aux élèves d’éprouver de multiples médiums, d’ouvrir des voies nouvelles, d’expérimenter des techniques. L’enseignement à TALM, qui articule expérimentation, théorie, pratique et recherche, est assuré par des professionnels de haut niveau, artistes ou théoriciens. Les études sont organisées en semestre permettant une grande souplesse dans le parcours : ainsi un élève peut intégrer un établissement d’enseignement supérieur d’art en Europe ou à l’international. Chaque semestre donne lieu à l’attribution de trente crédits. À la fin d’un cursus en dix semestres, les élèves, qui auront acquis trois-cents crédits, seront titulaires d’un diplôme (DNSEP) valant grade de master. Cette organisation est pensée pour accompagner les élèves vers la gestion autonome de leur engagement artistique afin que ceux-ci construisent un parcours singulier qui prend en compte l’aspiration artistique, les enjeux théoriques et les besoins techniques d’une création. Depuis 2011, TALM a intégré le système LMD (licence, master, doctorat) inscrivant ses formations dans le cadre de l’espace européen de l’enseignement supérieur. Le rayonnement des élèves à l’international, l’insertion professionnelle et la recherche dans les disciplines de la création irriguent le projet pédagogique de TALM.

L’option Art de TALM
Option Art
DNA – valant grade de licence
DNSEP – valant grade de master
L’option Art, construite sur une pédagogie généraliste, s’attache à offrir la possibilité d’expérimenter des techniques, des savoir-faire, des approches méthodologiques diverses et d’investir des modes artistiques les plus larges possibles : peinture, dessin, graphisme, sculpture, installation, architecture, photographie, vidéo, cinéma, création sonore,art numérique etc. La pédagogie de cette option se décline en différentes orientations,selon les sites, en lien avec la spécificité des équipes pédagogiques, les outils à disposition et les axes du projet pédagogique.

Option Art mention Techniques textiles
DNA – valant grade de licence
La formation Techniques textiles porte sur la connaissance des techniques textiles, aussi bien traditionnelles (tapisserie, dentelle, broderie, maille) que contemporaines (e-textile, futuro-textiles, tous les modes d’impression textile), au service de la production artistique de l’élève. Cette formation questionne toutes les formes d’art textile dans l’art actuel. Résolument tournée vers la création textile, elle est l’une des rares présentes en France et se différencie clairement des formations en design textile existantes dans quelques écoles supérieures d’art françaises. La formation repose sur trois axes : l’apprentissage des fondamentaux ; la connaissance des techniques textiles grâce aux rencontres et visites d’un réseau .tendu de professionnels ; l’initiation aux techniques et la pratique de certaines d’entre elles, choisies par l’élève à l’atelier et au cours des stages professionnels.

L’option Design de TALM
L’option Design
DNA – valant grade de licence
DNSEP – valant grade de master
BAD design convoque une porosité entre trois disciplines de la création : beaux-arts, architecture et design. La formation recourt à des outils pour provoquer des croisements dans les manières de faire et de penser. Art, architecture et design structurent l’enseignement au sein d’ateliers où chacun de ces domaines est représenté. L’élève, acteur de sa formation, est appelé à développer un travail singulier à la croisée de ces disciplines. Dans un premier temps, BAD design cherche à questionner la commande, pour en expérimenter les limites, les usages, les fonctions et les contextes. Pour ce faire, l’option recourt à la création de formes qui peuvent être aussi bien une fiction, un récit alternatif, qu’un objet industriel prospectif ou qu’une architecture issue du paysage. Toutes ses formes sont à même de proposer une autre façon, concrète et plausible, d’aborder le réel.

options

Art
Design

diplômes

DNA  option Art
DNA  option Art
DNA  option Art mention techniques textiles
DNA  option Art mention techniques textiles
DNA  option Design
DNA  option Design
DNSEP  option Art
DNSEP  option Art
DNSEP  option Design
DNSEP  option Design

post-diplôme

ART BY TRANSLATION

Art by Translation est un programme de recherche et d’exposition initié par l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy et l’École Supérieure d’Art et de Design ALM-Angers, dirigé par Maud Jacquin et Sébastien Pluot, directeurs fondateurs, et Jeff Guess, directeur pédagogique réalisateur. Il est soutenu par le ministère français de la Culture et collabore avec de nombreuses institutions académiques et artistiques internationales.

Organisé en sessions consacrées à des thèmes de recherche spécifiques, ce programme itinérant se déroule sur différents sites d’Europe et d’Amérique du Nord et développe des projets artistiques et deconservation, des événements discursifs et des publications en collaboration avec des musées, des écoles d’art et des universités. En tant que programme de troisième cycle, il implique chaque année quatre artistes et conservateurs sélectionnés.

Les participants 2018-2019 sont Lila Athanasiadou, Jasmin Blasco, Daniel Frota et Slow Reading Group (Bryana Fritz et Henry Andersen). La première session est consacrée aux processus et aux enjeux idéologiques de la traduction dans les arts.

classe préparatoire

Classe préparatoire de l’École d’arts du choletais

Convention avec l’École supérieure d’art et de design TALM

La classe préparatoire

34 heures de cours hebdomadaires sont dispensées de septembre à mai : cours d’anglais, dessin, histoire de l’art, art contemporain, volume, arts appliqués, estampe, création assistée par ordinateur, atelier de recherche, couleur, photo, rencontres avec des professionnels de la création et d’anciens étudiants de l’école. L’équipe pédagogique est composée de plasticiens ou critiques d’art. Des bilans trimestriels sont rendus aux étudiants sous forme d’un bulletin rempli par l’ensemble des professeurs et de la direction. Un oral blanc devant un jury composé de professeurs de l’école, de la direction, d’un artiste invité est organisé en mars.

L’étudiant est invité à expérimenter l’interdisciplinarité et à approfondir les domaines du design, du graphisme, de l’architecture, du cinéma et de la littérature, autant de pratiques qui nourriront ses futures productions personnelles.

https://www.cholet.fr/download/down/eac_livret_etudiant.pdf

unités de recherche

La plateforme de recherche de l’Esba TALM – site d’Angers

Sept programmes de recherche sont à ce jour identifiés, ils constituent une plateforme de recherche collaborative dont la structure repose à la fois, sur une Unité de recherche des programmes autonomes, et une coordination fonctionnelle. Deux types de programmes se développent au sein de la plate forme : Ceux s’inscrivant dans un temps longs et structurant, à la fois pour la recherche, le 3ème cycle et les formations initiales, et ceux dont la durée s’installe sur une période courte, entre 18 et 24 mois.
L’Unité de recherche regroupe les programmes longs. Son fonctionnement est assuré par un coordinateur de recherche dont les missions répondent à plusieurs inflexions : l’accompagnement administratif et la veille à appels à projet, la valorisation, l’articulation avec le 3ème cycle et son développement à l’international. A la fois physique et fonctionnelle, cette plate forme est adaptée à la recherche dans une école d’art parce que le transfert d’une pratique artistique est différent de celle d’un savoir, la forme et la temporalité de ces programmes peuvent se décliner différemment suivant les besoins et suivant les options d’où ils émergent. Pour l’essentiel les travaux émanant des programmes et de l’Unité de recherche s’adressent aux différents milieux professionnels de la création dont celui de l’art qui est central. Les modes de diffusion que sont l’exposition, la monstration, la démonstration, la projection, etc… sont formellement la conséquence de l’objet de recherche qui sous tend les conditions d’existence sociale de la pratique artistique et de ses enjeux à partager.

Le Conseil scientifique
Le développement de la recherche est accompagné par un Conseil scientifique qui est une instance consultative de l’établissement. Il est composé des enseignants porteurs d’un programme de recherche, de personnalités qualifiées, du coordinateur et des directeurs de site. Sa mission d’expertise et de conseil porte sur les formations initiales, les post diplômes, le 3e cycle et leur développement respectif, la recherche et son développement stratégique. Ses avis sont portés devant la Conseil Pédagogique et de la Vie Etudiante (CPVE) et débattus. Ils peuvent être validés par le Conseil de Direction avant d’être mis en délibéré lors d’un Conseil d’Administration si nécessité fait loi.

The research platform of the TALM Esba – the Angers site

Seven research programmes exist and together make up a collaborative research platform whose structure relies both on a Research Unit dealing with independent programmes, and a functional coordination. Two types of programme are developed within this platform: Those considered as long term and which structure both research and third cycle and initial training, and those considered as short term, lasting between 18 and 24 months.
The research unit groups together long term programmes. Its operation is ensured by a research co-ordinator whose mission answers to different demands: accompanying the administrative staff and the monitoring of calls for project, valorization, articulation with the 3rd cycle and international development. Both physical and functional, this platform is adapted to research in an art school as the transfer of an art practice is different to that of knowledge and the form and temporality of these programmes can vary according to the needs and the options from which they emerge. Essentially the work emanating from the programmes and the research unit is addressed to different professional creative milieus including that of art, which is central. The modes of dissemination that are exhibition, display, demonstration, projection etc… are formally the consequence of the object of research underlying the conditions of social existence of an artistic practice and the issues to be shared.

The Scientific Council
The development of research is accompanied by a Scientific Council which is an advisory body to the establishment. It is composed of teachers who support research programmes, qualified participants, the coordinators and directors of sites. Its advisory and expert mission applies to initial courses, post graduate courses, 3rd cycles and their respective development, research and its strategic development. Its advice is submitted to the Pedagogical Council for Student Affairs (CPVE) and then debated. They can be validated by the Governing Board before being submitted to a Management Board if necessary.

programmes de recherche

En traduction

Directeurs de recherche : Sébastien Pluot
Professeurs associés
ESBA TALM : Fabien Vallos, Jacqui Riva & Goeffrey Lowe.
Barnard College, University of Columbia : Peter Tracey Connor, Brian O’Keffee
Ce programme de recherche a pour ambition de développer un approfondissement des connaissances théoriques sur les phénomènes et procédures de traduction dans les arts qui engagent un champ de problématiques liés aux théories linguistiques, la technique, la psychanalyse, les théories esthétiques (les relations entre les arts et le rapport à l’oeuvre, son interprétation, sa compréhension). La recherche prend en compte les phénomènes de traductions dans toutes leurs dimensions : inter-linguistiques (d’une langue à l’autre) comme intra linguistiques (la métaphore, la métonymie, l’allégorie) et intersémiotiques (d’un médium vers un autre). La recherche historique et théorique est envisagée dans une articulation permanente entre des pratiques curatoriales, de productions d’oeuvres et de publications. Ce programme a produit une série de projets d’expositions, de conférences et de colloques : Living Archives, Louie Louie et Art by Telephone Recalled.
En traduction est devenu un programme de recherche international qui se développe à partir d’un partenariat entre l’esba TALM site d’Angers, le San Francisco Art Institute, le Cneai de Chatou et le département « Barnard Translation Center » du Barnard College, Columbia University, New York. De nombreux autres participants au projet interviennent lors des séminaires, des expositions ou publications : Mel Bochner, Artiste ; Pierre Bal Blanc, Commissaire et critique ; Corinne Diserens, Historienne de l’art et commissaire d’exposition ; Silvia Kolbowski, Artiste ; Nicolas Knight, artiste ; Ben Kinmont, artiste, Marcella Lista, historienne de l’art ; Pierre Leguillon, artiste ; Fabrice Reymond, artiste ; Julia Robinson, historienne de l’art, professeur à NYU ; Coline Sunier & Charles Mazé, graphistes ; Avital Ronell, professeur de Littérature comparée à New York University et l’European Graduate School, Suisse ; Yann Sérandour, artiste ; Raphael Zarka, artiste.
En Traduction se décline autour de trois volets :
-Art by Telephone
www.artbytelephone.com
-Living Archives
living-archives.com
-Une traduction d’une langue en une autre

Low, fictions et stratégies du peu en design et en architecture

Enseignants référents : Catherine Geel, David Enon, Pascal Riffaud et Denis Brillet (Block)
Partenaires : Sandberg Instituut, Amsterdam, Gili Eco Trust, S.A.R.A (Société d’aménagement de la région d’Angers.
La recherche propose au terme de deux années des premières réponses théoriques et plastiques à un ensemble de termes correspondant à des stratégies du peu (pauvreté, absence, vide, carence, manque, dénuement, austérité, simplicité, épuisement, faible, diffus, fragile), à ses fictions (catégorie de la croyance moderne versus outil de critique postmoderne) et leurs relations aux écritures plastiques du design, de l’architecture et de l’art. Deux études de cas (tissus urbain et territoire auto-administré) permettent d’envisager différents aspects des techniques aujourd’hui employées, tant sur le plan des pratiques d’expertises de territoire, des productions plastiques (dans l’environnement et domestiques) et d’intégration des systèmes (énergétiques, écologiques, culturels et administratifs) que sur les significations de ces gestes au sein d’une industrie culturelle sans cesse en demande.
L’édition : Low, fictions et stratégies du peu
vol.1. rassemblera les textes d’études, les interventions de conférenciers et les travaux d’étudiants (état de l’art), les actes du Festival « Design Poverty Fiction » organisé à Hornu (Centre d’art – Belgique – mars 2013) par l’option Design (Arc BNC) EPCC Talm-Angers, le Dirty Art Department (Sandberg Instituut) et le département Design Objet (Arts Déco-Paris), ainsi que le travail d’analyse et d’exposition « Prospectives architecturales » mené au sein du département Design d’Angers (novembre 2012-octobre 2013). Elle se présente comme un état de l’art et des éléments utilisés pour la recherche.

Réseau CINEMA

Directeurs de recherche : Judith Abensour
Enseignant associé : Thomas Bauer

En collaboration avec les écoles supérieures d’art de Toulon, d’Aix-en-Provence, d’Angers, de Marseille et de Valence-Grenoble.

Réseau cinéma en écoles supérieures d’art : avec l’aide à l’expérimentation et au développement de programme de recherche du Ministère de la Culture et de la Communication (DGCA) pour les années 2016-2017, 2017-2018 en vue de la constitution progressive d’un programme de recherche.

Le cinéma est enseigné dans de nombreuses écoles d’art mais les enseignants de l’image en mouvement se trouvent souvent isolés. Le réseau cherche à les rapprocher sur la base d’affinités existantes (démarches et interrogations) dans le but de mutualiser les ressources et d’approfondir les interrogations partagées. Quelle est la place prise par le cinéma ces dernières années au sein des écoles d’art ? Le programme de recherche « Cinéma » pose la question de la place du cinéma dans une école d’art et travaille à partir de toutes les contradictions et de tous les paradoxes que le cinéma porte en lui depuis son origine et qui sont toujours aussi pertinents dans notre contexte actuel de production des images. En effet, le cinéma, entendu dans ce sens, semble alors porter à son point extrême de tension, un certain nombre des enjeux de l’art d’aujourd’hui : l’articulation entre art et non-art, les relations entre le visible et le lisible, le rapport à la technique et à la reproduction, la tension entre document et mise en scène du réel. Tous ces éléments nous font penser que le cinéma n’est plus seulement à considérer comme l’espace où se fabriquent et se diffusent des films, mais bien plus généralement comme un des régimes de l’art contemporain quel que soit le médium ou la pratique revendiqués.
Faux-raccord
« Faux raccord » entend être un dispositif qui pose les principaux jalons théoriques d’une équipe cinéma dans une école d’art et qui parallèlement développe une méthodologie pratique. « Faux raccord » propose de faire du cinéma un moteur de décloisonnement des disciplines. Nous entendons créer un espace collectif de réflexion réunissant artistes, écrivains et théoriciens pour échanger sur leur rapport au cinéma dans des pratiques autres que des pratiques strictement filmiques. « Faux raccord » produit des formes hétérogènes qui donnent lieu à une circulation de pensées et à divers formats de transmission et de diffusion : des éditions chez Le Gac Press (West de Marcelline Delbecq, Passages de l’histoire de Dork Zabunyan, Sommeil léger de Dominique Petitgand, Stairway to d’autres supports de Jean-Charles Massera. Livrets à venir de Pierre Creton et de Raymond Bellour). En lien avec les éditions, un colloque et une exposition sont en préparation pour l’automne 2014.
Dans le cadre de cette recherche, plusieurs partenariats ont été mis en place : une convention de recherche en 2013 avec l’université Paris 7 l’université Paris 7- Denis Diderot (CERILAC) et l’université de Paris 13 – Villetaneuse (CENEL) pour le projet « Les contemporains. Littérature, arts visuels et théorie. ». Il a donné lieu à une journée d’études au printemps 2013, intitulée « Sur quelques événements politiques récents. ». Un partenariat avec l’ESAD – Grenoble Valence pour le Projet « Entr’écoles » : Des formes de la transmission à la transmission comme forme – Un film de Grenoble par Kassel (2013-2014). Un partenariat avec le festival Premiers plans d’Angers qui donne lieu à l’organisation de programmations de films. Nous assistons chaque année au séminaire automnal du BAL organisé à l’EHESS-Paris et souhaitons renforcer à l’avenir le lien avec cette institution. Le programme, soutenu par l’Institut Français, a une portée internationale. Le film Parades a été réalisé à l’issue d’un partenariat avec Beit Berl College en Israël. Un projet « Crossing documents » est en cours en partenariat avec l’Académie Internationale des Arts en Palestine à Ramallah.

activités & événements

2019
COMMISSIONS D’ADMISSION EN COURS DE CURSUS

  • DNA Techniques textiles, jeudi 5 septembre 2019
  • DNA et DNSEP Design, jeudi 5 septembre 2019

2020

JOURNÉES PORTES OUVERTES

  • Vendredi 7 février 2019 de 14 h 00 à 18 h 00
  • Samedi 8 février 2019 de 10 h 00 à 17 h 00

CONCOURS D’ENTRÉE PREMIÈRE ANNÉE ART
Avril 2020, Le Mans

CONCOURS D’ENTRÉE PREMIÈRE ANNÉE DESIGN
Avril 2020, Le Mans

activité post- ou périscolaire

Cours publics
Des cours et ateliers sont conçus pour répondre aux attentes du public amateur.
Ils ont lieu le soir ou la journée et durent de deux à trois heures. Des voyages sont occasionnellement organisés pour des visites d’expositions, des rencontres d’artistes.
– Ateliers d’éveil aux arts plastiques (6 -14 ans)
– Cours de dessin préparatoires (15-20 ans)
– Dessin et peinture (15-20 ans) – Multimédia (15-20 ans)
– Dessin, croquis (18 ans et +)
– Dessin et peinture (18 ans et +)
– Peinture (18 ans et +)
– Histoire de l’art (18 ans et +)
– Modelage, volume, sculpture (18 ans et +)
– Gravure (18 ans et +)
+ d’informations

Intensifs
Ces ateliers sont proposés sous la forme de sessions courtes – de cinq à treize séances d’une durée de deux heures. Elles ont pour objectif de faire découvrir un médium inédit dans les ateliers de pratiques amateurs : photographie, fonderie, film d’animation ou encore tapisserie. Les intensifs sont encadrés par des intervenant professionnels. Ces ateliers sont accessibles à partir de 15 ans.
– Photographie (technique)
– Photographie (artistique)
– Film d’animation
– Fonderie
– Textile miniature
+ d’informations

Stages
Les stages pour adultes et pour enfants sont encadrés par des intervenants professionnels. Les stages pour adolescents sont des stages monitorés. Ils sont encadrés par des élèves de quatrième ou de cinquième années de l’École supérieure d’art et de design TALM-Angers.
+ d’informations

coopération internationale

L’Esba TALM élargit chaque année son envergure internationale en développant de nombreux partenariats avec des écoles d’art et des institutions étrangères.
L’établissement offre de multiples possibilités de séjours d’études à l’étranger. Les programmes d’échanges s’inscrivent dans le cursus normal de l’étudiant et sont proposés en priorité aux étudiants de quatrième année. Le séjour d’études dans une école étrangère oblige à confronter les premières ébauches d’un projet personnel à d’autres enseignants, d’autres milieux pédagogiques et culturels. Les trois sites de l’école signent des conventions bilatérales Erasmus pour la mobilité de leurs étudiants et de leurs professeurs et ont également des partenariats privilégiés avec des institutions hors Europe.
Établissements partenaires ERASMUS
Établissements partenaires hors Europe

galerie

2 salles d’exposition intégrées.

équipements spécifiques

Ateliers sérigraphie, lithographie, gravure, infographie, cinéma-vidéo, photographie, informatique, fonderie, métallerie, menuiserie-ébénisterie, tapisserie…

réseaux

ANdÉA, Art Accord France, ELIA (European League of Institutes of the Arts), Institut français, OFAJ (Office franco-allemand pour la jeunesse), Campus Art, ENCoRE (European Network for Conservation-Restoration Education), Le Bois Sacré.
+ d’info sur les partenaires

équipe administrative

François Landais Directeur général TALM
Stéphane Doré Directeur TALM-Angers, directeur adjoint TALM
Dorian Gaston Échanges internationaux et stages
Céline Ménager Documentation
Soizic Lebrun Pédagogie et bourses
Corinne Arrivé Assistante de direction
Lucile Page Chargée de communication
Vincent Goujon Assistant comptable
Carole Fiani Accueil et standard
Sylvain Coneau Informatique
Flavio Granata Responsable équipe technique

professeurs

Claire Alary
Dominique Allard
Thomas Bauer
Arnaud Bernus
Sophie Breuil
Denis Brillet
Bernard Calet
Anne Couzon-Cesca
Camille Debrabant
Mathieu Delalle
David Enon
Andy Guérif
Gildas Guihaire
François Guindon
Philippe Hurteau
Sandrine Jousseaume
Régine Kolle
Christophe Le Gac
Isabelle Lévénez
Chloé Maillet
Alain Manceau
Grégory Markovic
Janig Merien
Laurent Millet
Sandrine Pincemaille
Sébastien Pluot
Étienne Poulle
Patrick Querillacq
Jacqueline Riva
Evgenia Vanessa Theodoropoulou
Fabien Vallos
Élodie Verdier
Brankica Zilovic Chauvain

coordonnées

Hôtel d’Ollone – 72 rue Bressigny
49100 | Angers
tél. +33 (0)2 72 79 86 90
contact-angers@talm.fr
angers.esba-talm.fr
www.esba-talm.fr

effectif

  • 280 élèves en cursus
  • 10 auditeurs libres
  • 650 élèves aux cours publics