Les écoles d’art et design publiques sous tutelle du ministère de la Culture

Monaco

Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la Ville de Monaco (ESAP)

présentation

Bâti sur le Rocher de Monaco, et surplombant la Méditerranée, le Pavillon Bosio a connu différentes métamorphoses avant d’afficher son identité actuelle. D’abord école de dessin puis école des Beaux-Arts, c’est depuis 2004 une École Supérieure d’Arts Plastiques (ESAP), délivrant un Diplôme National d’Art (DNA) ainsi qu’un Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP valant grade de Master).
La spécificité du cursus dispensé au Pavillon Bosio est de transmettre à ses étudiants une formation en art & scénographie, et de leur donner les outils pour qu’ils puissent transposer leur recherche personnelle aux espaces de la scène comme à ceux de l’exposition. Avec la volonté affirmée de développer une pédagogie de studio et d’externaliser les modes opératoires, l’école participe régulièrement à des projets partenaires et initie par ailleurs des Ateliers de Recherche et de Création (ARC) organisés en réseau.
Ponctuations essentielles dans le parcours de l’étudiant, ces collaborations locales et internationales associent à la fois des musées, des universités, des centres d’art, des compagnies de danse et de théâtre. Plus particulièrement, le contexte culturel de la Principauté de Monaco offre un environnement propice aux rencontres avec les acteurs du monde de l’art, tels que la Compagnie des Ballets de Monte-Carlo, le Nouveau Musée National de Monaco, le Jardin Exotique ou le Musée océanographique. Ainsi les futurs créateurs sont-ils régulièrement confrontés à une exigence de professionnalisation, par le biais de situations de commande qui contribuent également à la construction et à l’extension de la pédagogie. Dans cette dynamique d’échanges, les projets prennent forme à échelle 1, un terrain de jeux est créé où la théorie se réinvente et se déploie.

1/16
Workshop ARC céramique (c) Esap Monaco
2/16
Imprévus, Partenariat Ballets de Monte-Carlo - Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco
3/16
Imprévus, Partenariat Ballets de Monte-Carlo (c) Esap Monaco
4/16
Imprévus, Partenariat Ballets de Monte-Carlo - Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco
5/16
Colloque Mise en scène du réel - Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco
6/16
Performance des étudiants, Le Bal des Chimères (c) Esap Monaco
7/16
Atelier peinture grand format (c) Esap Monaco
8/16
Atelier peinture grand format (c) Esap Monaco
9/16
Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco
10/16
Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco
11/16
Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco
12/16
Exposition de Céline Marin, post-diplôme - Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco
13/16
Exposition des travaux d'étudiants de 3e année - Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco
14/16
Exposition des travaux d'étudiants de 3ème année (c) Esap Monaco
15/16
Exposition The project MPA - Joana Vasconscelos (c) Esap Monaco
16/16
Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la ville de Monaco

options

Art

diplômes

DNA option Art mention art & scénographie option Art mention art & scénographie
DNA option Art mention art & scénographie option Art mention art & scénographie
DNSEP option Art mention art & scénographie option Art mention art & scénographie
DNSEP option Art mention art & scénographie option Art mention art & scénographie

post-diplôme

Pavillion Bosio postgraduate in art and set design

Set up in 2009, the ESAP postgraduate programme has the goal of inventing a framework conducive to the emergence of research in art and set design, as much from a practical as a theoretical point of view, and is open to various fields of investigation such as theater, dance, exhibition, installation and performance. In this context, the school offers the possibility of benefitting from the relationships that it enjoys with its larger partners, in addition to conventions for professional internships. It thus favors the connection of registered postgraduate students with its national and international networks, and in this way inscribes itself in a mission of accompanying its young graduates in their entrance into the professional world.
The programme’s pedagogy is founded on the dialogue between knowledge and skills, through local projects and ones further afield, by participating in the school’s pedagogical activities (seminars, conferences, lectures), through individual or collective meetings with teachers, and voyages. Students have access to the school’s infrastructures (spaces, computers and associated technology, tools for production etc.), and they can also benefit from a studio that has been made available to them by the Board of Cultural Affairs of Monaco (these studios are attributed after the examination of applications).
In addition, every year two students receive a research grant awarded by The Monaco Project for the Arts (MPA) associative organization. The MPA also organizes an exhibition in a contemporary art gallery in Monaco for one of the artists.
Candidates participating in the postgraduate programme must realize a theoretical production in the form of a publication in the pages of the Pavilion review and / or a visual production, in the form of a spectacle or exhibition hosted in one of the ESAP’s partner sites.

POST-DIPLÔME EN ART & SCÉNOGRAPHIE

Mis en place en 2009, le post-diplôme de l’ESAP a pour objectif d’inventer un cadre propice à l’émergence d’une recherche en art et scénographie, tant d’un point de vue pratique que théorique, et est ouvert à divers champs d’investigation tels que le théâtre, la danse, l’exposition, l’installation et la performance. Dans ce contexte, l’école offre la possibilité de bénéficier des relations qu’elle entretient avec ses grands partenaires, ainsi que de conventions de stages professionnels. Elle favorise ainsi la connexion des étudiants inscrits en post-diplôme avec ses réseaux nationaux et internationaux, et en cela s’inscrit dans une mission d’accompagnement à l’insertion professionnelle des jeunes diplômés.
La pédagogie du programme se fonde sur le dialogue des savoirs et des compétences, par le biais de projets hors les murs ou locaux, par la participation aux activités pédagogiques de l’école (colloques, séminaires, conférences), par des rendez-vous individuels ou collectifs avec les professeurs, des rencontres avec des personnalités issues du monde l’art ou de la scène, et des voyages. Les étudiants ont accès aux infrastructures de l’école (espaces, moyens informatiques, outils de production etc.), mais ils peuvent également bénéficier d’un atelier mis à disposition par la Direction des Affaires Culturelles de Monaco (ces ateliers sont attribués après examen d’un dossier de candidature).
D’autre part, deux étudiants reçoivent chaque année une bourse de recherche octroyée par l’association The Monaco Project for the Arts (MPA). Cette dernière produit également pour l’un d’entre eux une exposition dans une galerie d’art contemporain à Monaco.
Les candidats reçus en post-diplôme doivent réaliser au terme de l’année universitaire une production théorique sous la forme d’une publication dans les pages de la Revue Pavillon et / ou plastique, sous la forme d’un spectacle ou d’une exposition accueillis dans un des lieux partenaires de l’ESAP.

programmes de recherche

Habiter l’exposition

En 2015, le Pavillon Bosio a débuté un programme de recherche autour de la scénographie d’exposition articulé à l’idée de temporalité. Si la scénographie se définit de prime abord comme une manière de concevoir et d’organiser l’espace entre les oeuvres, les corps et l’architecture, elle implique aussi de penser le temps de la perception. Les partis-pris scénographiques participent à la gestion des circulations, définissant des stations assises et debout, des points d’arrêt et des couloirs, des schémas d’entrées et de sorties. A travers ces éléments une orchestration s’établit, avec des cheminements, des enchevêtrements, des superpositions entre espace réel et espace mental, dont la visée reste l’accomplissement d’expériences intenses de l’art. Si l’idée de penser l’espace dans l’épaisseur de ses usages selon les différents moments de la journée remonte aux débuts du XXE siècle, c’est relativement récemment que les artistes se sont appropriés la dimension temporelle de l’exposition, dans les années 1990.
Pendant deux ans, des projets pédagogiques ont proposé aux étudiants du Pavillon Bosio de penser et d’expérimenter l’art et la scénographie dans des formats d’exposition dynamiques. Workshops, séminaires, conférences, colloques et collaborations avec des partenaires extérieurs ont offert autant de cadres de recherche pour amorcer des pistes personnelles pour les étudiants mais aussi pour élaborer des moments de réflexion collective. Etape par étape, une manière de penser l’exposition s’est fait jour, creusant un sillage à partir de repères bien identifiés dans l’histoire de l’art. Privilégiant l’expérience sensible comme point d’ancrage d’un horizon commun, la notion d’habitat permet d’articuler une dimension plus intime du rapport à l’espace et d’envisager l’émotion esthétique comme non séparée de la vie quotidienne. Il s’agit ainsi de s’approprier l’espace de l’oeuvre, de le vivre comme un lieu où l’on réside, physiquement et mentalement.
Mathilde Roman
https://scenographieetexposition.com/

Colloque : La Place des corps 13 et 14 décembre 2016
Coordination scientifique : Renaud Layrac, Mathilde Roman
Il fut question du corps tout du long de ce projet, de celui qui performe, mais aussi de celui qui perçoit, de celui qui s’approche et qui s’éloigne, de celui qui accompagne par la parole, de celui qui discrètement surveille. Le temps du colloque annuel de l’ESAP a donc été dévolu à la place des corps. Moment théorique, mais aussi moment d’échanges et de discussions, il a associé des artistes et des chorégraphes, des points de vue d’historiens et de philosophes, et donné à entendre des synthèses de workshops. La revue Pavillon n°9 vient prolonger le colloque en publiant ce qui ressemble moins à des actes qu’à un champ de résonance. Que reste-t-il de ces débats plusieurs mois après ? Des enregistrements, des images, des textes qui se poursuivent dans le temps de l’écriture, qui se transforment, qui parfois même changent de direction. Ainsi, Emily Mast ne discute pas ici de son travail comme elle l’avait fait lors du colloque mais revient sur sa relation intime et fondatrice à la chorégraphe Simone Forti. Pavillon accueille des manières très différentes de réfléchir la création artistique, dans des registres d’écriture pluriels, propres à la place de chacun : chorégraphe, artiste, historien, théoricien, étudiant…
http://www.pavillonbosio.com

L’animal

Si l’animal est si présent aujourd’hui dans l’art contemporain, c’est qu’il nous interroge sur notre humanité, les choix que nous voulons quant à notre avenir. C’est aussi parce que la connaissance que nous avons de l’animal, qu’elle prenne les voies des sciences humaines ou des sciences exactes, a considérablement évolué au point d’infléchir toute expérience esthétique qui rencontrerait l’animal sur son chemin. Enfin, c’est parce qu’il est désormais admis que les hommes et les animaux peuvent créer ensemble dans des compagnonnages inédits. Ce nouveau programme de recherche se décline à travers des studios et des workshops qui engagent les étudiants dans des recherches précises autour de l’animal, des multiples façons de le représenter (de la gravure à la vidéo) à celles de l’exposer vivant. Il trouvera son aboutissement dans le colloque de décembre 2018 où se croiseront réflexions de penseurs d’horizons différents et témoignages d’artistes pratiquant la scène comme l’installation en passant par le son.
Ondine Bréaud-Holland

Colloque : Still Alive (titre provisoire)
12 et 13 décembre 2018
Coordination scientifique : Vinciane Despret (Université de Liège) et Ondine Bréaud-Holland
Note d’intention :
Lointain souvenir d’Yves Klein, furibond devant les oiseaux qui trouaient l’espace monochrome du ciel bleu… Les oiseaux volent toujours et plus personne, aujourd’hui, ne s’en plaint… Imaginons maintenant que les animaux soient présents, à part égale avec les êtres humains, dans tout spectacle d’art vivant. Et que tout musée d’art contemporain se voit obligé de programmer chaque année un certain nombre de manifestations où l’animal, d’une manière ou d’une autre, participe au projet artistique présenté au public. Encore des animaux ! entendrait-on. A charge pour nous d’interpréter ces paroles… Lassitude devant le spectacle des animaux, prévisibles et sans doute ennuyeux, ou au contraire excitation devant ce qu’ils peuvent produire, avec ou sans le concours des êtres humains ? Nostalgie du temps où ils n’apparaissaient que sous forme picturale ou taxidermique — pouvoir et symbolique faisaient alors bon ménage —, ou au contraire envie de comprendre ce qui se jouerait avec eux dans les propositions artistiques contemporaines ? Sentiment d’une expérience esthétique perdue d’avance, ou conviction que cette expérience, transformée, pour ne pas dire enrichie, au contact de nouvelles épistémologies, se réaliserait pleinement ? Autrement dit : les animaux, nous en avons assez ! ou bien : les animaux, nous en voulons davantage ! Telles sont les hypothèses de travail que nous aimerions poursuivre, en nous penchant aussi bien sur les processus artistiques que sur la réception des oeuvres produites. Car regarder comment les animaux interviennent actuellement dans l’art vivant, la performance et l’installation, n’est-ce pas d’emblée se demander ce que nous mettons sous le mot création ? N’est-ce pas s’interroger sur ce que nous attendons d’un art qui s’ouvre, avec prudence ou témérité, à un domaine particulier du vivant, objet de tant d’attentions actuellement ? Ce qui n’exclurait pas quelques incursions dans des formes artistiques du passé et autres dispositifs de monstration, au titre d’éclairage, bien sûr, sur le présent.

revues

Pavillion – the symposium

Annual set design review

The Pavillion Bosio founds its research activities on an ambitious and innovative pedagogical project, in which the annual symposium that it organizes holds a privileged position. An event associated with the programme of the Monaco Dance Forum, a major contemporary dance event, the symposium invites artists, set designs and researchers to meet around a specific theme. The first four editions were dedicated to the imaginary of the stage in cinema, to a thinking around the set design of the auteur, to the relationships between visual arts and the space of the stage and the staging of the real. The symposium proceedings are published in the Pavillion review and also serve as a medium for thinking on the issues of contemporary and modern set design and contributes to the construction of a precious theoretical apparatus.

PAVILLON – LE COLLOQUE

Revue annuelle de scénographie.

L’ESAP fonde ses activités de recherche sur un projet pédagogique ambitieux et innovant, dans lequel le colloque qu’elle organise chaque année occupe une place privilégiée. Événement associé tous les deux ans au programme du Monaco Dance Forum – manifestation majeure de la danse contemporaine -, le colloque invite des artistes, des scénographes et des chercheurs à se rencontrer pour faire un état de la recherche en Art & Scénographie. Les actes du colloque sont publiés dans la revue Pavillon. Ils servent ainsi de support de réflexion sur les enjeux de la scénographie moderne et contemporaine, et contribuent à la construction d’un appareil théorique précieux.

– n°1 (2008) L’Imaginaire de la scène au cinéma, ouvrage collectif dirigé par Michel ENRICI avec des textes de Mireille BERTON, Michel ENRICI, Séphanie JAMET-CHAVIGNY, Guillaume LE GALL, Vincent VATRICAN et Tanguy VIEL.

– n°2 (2009) Scénographie d’auteur, ouvrage collectif dirigé par Isabelle LOMBARDOT, avec des textes de Bernard BLISTENE, Jordi COLOMER, Jean-Louis GAILLEMIN, Macha MAKEÏEFF, Gueorgui OSTRETSOV, Bertrand RAISON et Eric TRONCY.

– n°3 (2011) Les Arts plastiques et la scène, ouvrage collectif dirigé par Isabelle LOMBARDOT, avec des textes de Jan LAUWERS, Béatrice PICON-VALLIN, Pierrick SORIN, Georges DIDI-HUBERMAN, Cécilia BEZZAN.

– n°4 (2013) Mises en scène du réel, ouvrage collectif dirigé par Isabelle LOMBARDOT, avec des textes de Didier OTTINGER, Marie-José MONDZAIN, Jacinto LAGEIRA, Peter MISSOTTEN, et des interviews d’Ulla VON BRANDENBURG et Stefan KAEGI.

– n°5 (2014) L’Objet scénique, ouvrage collectif dirigé par Isabelle LOMBARDOT, avec des textes de Frédéric MAURIN, Philippe GESLIN, Macha MAKEÏEFF, Anna BERGEL, Oliver BRENDEL, Ondine BRÉAUD-HOLLAND, Gilbert DELLA NOCE, Dominique DRILLOT, une interview de Sophie PEREZ et Xavier BOUSSIRON, et des extraits des mémoires de fin de cycle de Julia LUCI et Vanessa ZARROUK

– n°6 (2015) L’Expérience de l’exposition : réception et temporalité, ouvrage collectif dirigé par Isabelle LOMBARDOT, avec des textes de Renaud LAYRAC, Mathilde ROMAN, Christian GLOBENSKY, Christian RUBY, Claire LAHUERTA, Bernard LAFARGUE, Raymond SARTI, Boris ACHOUR, et une interview de Bernard BLISTÈNE.

– n°7 (2015) : Les Utopies du musée : pour une mémoire dynamique, ouvrage collectif dirigé par Isabelle LOMBARDOT, avec des textes de Valérie DA COSTA, Thomas HIRSCHHORN, Béatrice JOSSE, LA RIBOT, Lili RENAUD DEWAR, Mathilde ROMAN.

– n°8 (2016) : Dispositifs et (re)présentations, ouvrage collectif dirigé par Isabelle LOMBARDOT, avec des textes de Renaud LAYRAC et Mathilde ROMAN, Antoni MUNTADAS, Tiit OJASOO, Audrey ILLOUZ, Arkadi ZAIDES, Thomas BELLINCK, Mehdi ARFAOUI, Pierre CAYE. – n°9 (2018) : La Place des corps, ouvrage collectif dirigé par Isabelle LOMBARDOT, avec des textes de Michel BLAZY & Chris HARING, Carole BOULBÈS, Stéphane MALFETTES, Emily MAST, Christian RIZZO, Ondine BRÉAUD-HOLLAND, Benjamin LAUGIER, Mathilde ROMAN.

activités & événements

– Expositions : exposition annuelle des étudiants de 3e année, exposition annuelle des diplômés de 5e année.
– Représentations publiques : les Imprévus – 4e et 5e années (spectacles – jeunes scénographes, jeunes chorégraphes : Atelier des Ballets de Monte-Carlo), First Stage on Stage – 3e année (forme expérimentale : Espace Léo Ferré, Monaco)
– Participations aux forums et festivals : Monaco Dance forum, Printemps des Arts, Rencontres philosophiques de Monaco…
– Colloque annuel de scénographie. Cycle de conférences. Stages. Déplacements culturels (Biennale de Venise, Festival Actoral Marseille, Festival d’Avignon etc.).

activité post- ou périscolaire

Ateliers enfants, adultes et adolescents : dessin, peinture, céramique, édition/reliure, multimédia, 2D 3D, photographie.

coopération internationale

Partenariats : HEAD – Genève, ENSAV La Cambre – Bruxelles, Toneelacademie Maastricht, ENSA Villa Arson – Nice, ENSA – Limoges, Université Paris-Sorbonne (Paris 4, Paris 1), Université Aix-Marseille (AMU), Accademia di Belli Arti di Palermo, La Manufacture, Haute école des arts de la scène – Lausanne, Théâtre national de La Criée à Marseille, MAMAC – Nice, Compagnie des Ballets de Monte-Carlo, Monaco Dance Forum, Nouveau Musée National de Monaco (NMNM), Musée Océanographique, Jardin Exotique, Archives audiovisuelles, Rencontres philosophiques de Monaco.

L’École Supérieure d’Arts Plastiques de la Ville de Monaco fait partie du Réseau des écoles supérieures d’art du Sud, L’École(s) du Sud, comprenant : l’École Supérieure d’Art – Aix-en-Provence, l’École Supérieure d’Art – Toulon Provence Méditerranée, l’École Supérieure d’Art – Avignon, l’École Nationale Supérieure d’Art, Villa Arson – Nice, l’École Supérieure d’Art & de Design Marseille-Méditerranée, l’École Nationale Supérieure de la Photographie – Arles.

galerie

Salle du Garden (à l’ESAP – Pavillon Bosio), Monaco
Salle du Quai Antoine 1er (selon projet spécifique), Monaco

équipements spécifiques

Atelier bois-métal, atelier céramique, édition, gravure, 2D, 3D, vidéo, post-production multimédia, dessin, photographie, scénographie, maquette-construction, acoustique, centre de documentation spécialisée.

réseaux

L’École(s) du Sud, The Monaco Project for the Arts, Anna Lindh Foundation, ECART (European Ceramics Art and Research Team), ANdEA, Elia (European League of Institutes of the Arts), Botox(s), réseau d’art contemporain Alpes & Riviera, Campus France.

équipe administrative

Isabelle Lombardot Directrice
Christelle Dubois Secrétaire
Marie-Hélène Savigneux Administratrice
Stéphanie Gandolfo Attachée principale
Valérie Virgile Documentaliste spécialisée
Sandrine Perrin Coordinatrice des études et de la recherche

professeurs

Laurent P. Berger
Ondine Bréaud-Holland
Dominique Drillot
Renaud Layrac
Damien Mac Donald
Maxime Matray
Frédéric Pohl
Mathilde Roman
Agnès Roux
Mathieu Schmitt
Damien Sorrentino

coordonnées

1 Avenue des Pins
98000 | Monaco
tél. + 377 93 30 18 39
fax + 377 93 30 34 36
esap@mairie.mc
contact@pavillonbosio.com
www.pavillonbosio.com

effectif

70 étudiants