À la une

Séminaire de printemps 2022 de l’ANdEA

Le lundi 4 avril 2022 à l'Ecole des Ars Décoratifs, Paris

Programme :

9h-12h Assemblée générale (réservée en priorité aux membres)
12h-14h Déjeuner

14h-16h Ateliers en parallèle

Commission Transitions
Conduire le changement
Dans le prolongement des deux séminaires TRANSITIONS, RÉALITÉS et du texte manifeste que nous diffusons ce printemps, Engagements/protocole des écoles d’art en transition, cet atelier poursuivra la mise en commun des initiatives inspirantes et questionnera essentiellement les formes et les méthodologies possibles de la conduite du changement. Il s’agira d’échanger sur la manière dont des établissements publics, avec leurs règles administratives et de gouvernance, peuvent concrètement agir dans la conduite du changement : processus de décision et latitudes dans les organisations, temps à dégager et décroissance, adhésion des communautés aux démarches, légitimité des personnes qui agissent, effectivité concrète. L’atelier sera aussi un point d’étape sur les chartes et plans d’actions qui ont pu s’élaborer dans les écoles depuis un an.

Commission Etudes
Penser la pédagogie en prise avec l’état du monde et la diversité des étudiant-e-s
Comment penser les connaissances, les méthodes et les formes pédagogiques pour préparer la scène artistique de demain ? Il s’agit là d’interroger d’abord ce que l’état du monde fait à nos pédagogies — l’état du monde, c’est-à-dire son actualité qui nous percute autant que les révisions critiques portant sur ses mises en récits et qui portent des enjeux sociétaux multiples et complexes. La diversité sociologique, culturelle, géographique des étudiant-e-s apporte des « bouts de monde » dans les écoles. À partir de là, que peut-on, que doit-on transmettre, et de quelles manières ?

Commission Recherche
Faire le bilan des 3es cycles portés par les écoles supérieures d’art et design
Les DSRA (diplôme supérieur de recherche en art) et DSRD (diplôme supérieur de recherche en design) existent depuis plus d’une dizaine d’années et les écoles supérieures d’art et design qui les portent proposent aujourd’hui d’en faire collectivement le bilan. Ces diplômes d’établissement ont presque tous été soutenus par le ministère de la Culture mais, malgré cela, ils n’ont toujours pas obtenu la validation institutionnelle leur permettant une inscription dans la durée. Quelle suite faut-il donc envisager pour en garder la vivifiante singularité ? Comment soutenir une diversité des pratiques, en conservant ces diplômes aux côtés des doctorats de création délivrés par certaines écoles en partenariat avec des universités ? Faut-il dorénavant les porter à un niveau européen où ils sont communément considérés comme des PhD ? Peuvent-ils participer à l’élaboration d’un réseau international où l’activité de recherche s’ancre dans la pratique et la création ?

16h30-18h30 Ateliers en parallèle

Commission Etudes
Penser et renforcer la diversité dans nos écoles
Pourquoi les étudiant-e-s de nos écoles et même les candidat-e-s aux examens d’entrée (et aussi les enseignant-e-s et équipes administratives…) ne sont pas représentatives et représentatifs de la composition de la société française en termes de diversités de tous types ? Cette question, qui a des causes profondes dépassant bien sûr nos seules écoles, est essentielle pour réfléchir à l’évolution de nos procédures de recrutement, de nos critères de sélection, des épreuves, de l’entretien, de la manière dont nous communiquons. Le monde de l’art n’est-il pas déjà suffisamment auto-normé ? Faut-il que ses jugements d’appréciation s’appliquent dès l’entrée à l’école et que nous recrutions des étudiant-e-s qui s’y conforment déjà ? On ne sait pas ce que seront l’art et le design demain. Comment l’école d’art peut-elle accueillir toutes les forces vives aimant tout simplement créer, sans préjuger de tel bagage culturel ? Quelle scène artistique voulons-nous produire ? une scène de l’art et du design qui serait à l’image de notre société ? Pourquoi et comment ?

Commission Etudes
Se former tout au long de la vie sur un campus national
La formation tout au long de la vie se présente de plus en plus comme une nécessité pour les écoles d’art afin de leur permettre de se hisser à la hauteur des défis qui s’annoncent et des transitions qui s’imposent — climatiques, technologiques, professionnelles. A ce titre, elle peut également constituer un formidable outil de développement des projets d’écoles. Quelles opportunités sont à saisir pour répondre aux besoins d’une société de la mobilité des parcours professionnels ? Qu’en est-il du nouveau paysage de la formation professionnelle (nouvelles réglementations, certifications, VAE, apprentissage pour nos formations) mais aussi de l’offre de formations existante pour les personnels des écoles ? Comment le réseau national peut-il se structurer pour que les écoles d’art puissent raisonnablement proposer une offre de qualité ? Comment le ministère de tutelle peut-il venir en appui d’un tel campus national (défense de nos certifications et métiers, digitalisation, pilotage d’un consortium…) ? L’objectif de cet atelier est d’apporter un éclairage sur ces questions et de nourrir la réflexion.

Commission International
Ouvrir nos écoles au monde par des programmes de résidence
Comment travailler avec des artistes et designers européen-ne-s et du monde en résidence dans nos écoles ? Comment cela peut-il enrichir la pédagogie et apporter une véritable ouverture au monde ? L’atelier discutera de ces questions et proposera également d’échanger sur les projets collectifs en cours et sur les résidences pilotées par les écoles à destination des jeunes diplômé-e-s, interrogeant les étudiant-e-s sur leurs attentes : professionnalisation, incubateurs d’activités, pépinières, mobilités internationales à développer pour les jeunes diplômé-e-s…

Séminaire interne à la communauté des écoles supérieures d’art et design et à ses partenaires. 
Sur inscription avant le 24 mars 2022.

✖ RETOUR